Mon travail

Ici, j’aimerais expliquer un peu comment je travaille, et comment était mon apprentissage.

Travail
J’ai quelques conditions pour pouvoir faire mon travail convenablement.
1. Je ne travaille que s’il y a quelqu’un sur place qui connait le cheval.
2. Toujours avant et après le travail, je veux voir le cheval en mouvement, pour pouvoir identifier comment le cheval bouge, ou s’il est même boiteux. Pour ceci, j’ai besoin d’une distance d’environ 15m relativement droite.
3. Je ne travaille que sur un emplacement fixé, ou il y a possibilité d’attacher le cheval.
4. Je me prends le droit de rompre mon travail, si je m’aperçois que ce deviendra trop dangereux.
5. Je n’ai aucun problème de vous expliquer qu’est-ce que je fais et pourquoi, n’hésitez pas à me demander.
6. J’essaye de trouver une solution individuelle pour tout problème, mais je vais aussi vous dire, si je vois, que je ne peux pas aider le cheval, ainsi quelqu’un d’autre pourra aider votre cheval plus vite.

Apprentissage
J’ai effectué un apprentissage de soins du sabot à la Rheinischen Hufbeschlagschule. Ceci signifie qu’en théorie j’ai vu toutes les possibilités qu’il y a en Allemagne. En plus, j’ai vu la théorie officielle de l’apprentissage des maréchaux-ferrants en Allemagne. De plus j’avais une partie vétérinaire, qui était testé par un vétérinaire officiel. En pratique, j’ai travaillé sur des sabots morts, ainsi qu’avec des chevaux vivants. Ceci m’a donné une idée des différentes situations encourues, et m’a appris de trouver une solution individuelle pour tout problème, sans trop regarder les « dogmatismes ».